Accord modifiant l’horaire variable et l’aménagement du temps de travailLa CFDT signe

La CFDT, qui était à l’origine de la RTT on s’en souvient, c’est toujours montrée vigilante pour la sauvegarde de cet acquis auquel nous sommes si attachés.

Aussi, lorsque le directeur annonça proposa un aménagement des horaires variables, nous étions partagés.

Qui ne voudrait pas d’une augmentation du nombre de journées de crédits compteur et d’un assouplissement des plages horaires ? Objectivement, ça ne se refuse pas !

Mais que faut ’il accepter en échange ?

Il est clair que la volonté de la direction est de chercher tous moyens de réduire les causes des dépassements d’horaire ; Autant il y a à gagner à cela, mais autant il y a risque à y perdre sur autre chose.

Et de fait, en contrepartie de l’augmentation des crédits et de l’assouplissement des horaires, la direction a mis dans la balance une extension du système du forfait pour les cadres.

Le forfait, pour les cadres niveau 8 et 9, mais aussi pour les inspecteurs et audienciers, consiste à travailler 205 jours par an sans avoir d’horaires imposés pendant ces jours de présence.

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que cette négociation s’est trouvée menée à deux vitesses. Autant nous avons pu obtenir la plupart des améliorations que nous demandions sur le versant horaires variables, autant la direction s’est montrée invariablement inflexible pour tout ce que nous demandions comme garanties vis-à-vis du forfait.

A commencer par la demande unanime des organisations syndicales de ne pas inclure les inspecteurs et les audienciers dans ce forfait qui soulève le spectre du volontariat « forcé » et la perspective, bien certaine, de perte en nombre de jours de repos.

Finalement, en nous plaçant devant la situation d’apposer une unique signature pour les deux versants de ces aménagements, la direction nous a conduit à nous questionner sur ce que nous devions-nous faire.

Il nous fallait donc consulter nos adhérents, et le débat qui s’en suivi fut riche, pour arriver à une expression majoritaire :

La perspective de gain sur les horaires variables est trop importante pour y renoncer dans la mesure ou une garantie pourrait être obtenue sur le respect du volontariat pour le forfait et l’assurance que ce système ne conduirait pas à imposer des journées à rallonge pour ceux qui l’adopteraient.

Et c’est ainsi que nous avons signé cet accord tout en émettant des réserves sur les conditions d’application du forfait.

Et nous surveillerons la stricte application de cet accord sur ces deux volets, que les agents puissent réellement aménager leurs journées, et que personne ne soit soumis à une pression pour passer au forfait et ne soit conduit à des journées à rallonge.

En attendant, que chacun profite à son niveau de ses nouveaux horaires dès qu’ils seront déployés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.