Alerte au burn out collectif !!!

NOUS ALLONS DROIT DANS LE MUR !

En posant la question suivante, nous ne voulons pas être alarmistes mais tout simplement réalistes :

Notre organisme, en cumulant les dysfonctionnements actuels et les bouleversements du projet URSSAF 2020, ne va-t-il pas s’écraser contre le mur des réalités ?

Ces réalités, quelles sont-elles ?

Certaines vous sont connues telles les incertitudes liées à la nouvelle organisation des TNS mais aujourd’hui, parlons des humains :

Vous ne voyez en vos salariés que des ETP, mais ils sont aussi des acteurs !

Savez- vous que les agents non cadres et cadres n’en peuvent plus ?

Ils sont à la fois démotivés et angoissés, désireux de bien faire mais désespérés de ne pas pouvoir y parvenir. Seuls leur conscience professionnelle et le respect du cotisant les empêchent de baisser les bras, mais jusqu’à quand ?

Le stress professionnel chronique auquel ils sont exposés en permanence ne leur laisse le choix qu’entre désinvestissement ou burn out.

Il faut cesser le pilotage basé uniquement sur des chiffres, sur des pourcentages dans des tableaux, nous sommes des humains et travaillons avec des humains.

Quand allez-vous lever les yeux de vos tableaux de bord pour prendre vraiment la mesure des réalités et la souffrance des salariés ?

Il devient impossible de prioriser ce qui est urgent dans l’urgent

  • Dans un stock, une affaire watt n’est pas égale à une affaire watt, certaines peuvent cacher un imbroglio chronophage à résoudre.
  • Dans les services, les divers fichiers et requêtes à exploiter urgemment, révèlent bien souvent des cas complexes et des anomalies
  • Les lenteurs du système, la recrudescence d’anomalies système inconnues jusqu’alors (faux débits, faux crédits, affectation des crédits erronée), les dysfonctionnements récurrents, les applicatifs qui tournent de moins en moins bien (gesur, scribe,…), les outils pour lesquels chaque mise à jour entraine des problèmes (osiris)
  • Un système informatique de plus en plus bancal qui supporte de plus en plus mal les opérations de colmatage qu’on lui fait subir et sur lequel nous n’avons plus la main.
  • Les procédures faites à tort qui engendrent des frais pour l’URSSAF.
  • Le mécontentement des cotisants : les salariés en contact direct doivent faire face à l’exaspération croissante des cotisants qui :
  • tentent vainement de joindre l’URSSAF,
  • ont leurs attestations bloquées à tort
  • ou reçoivent la visite des huissiers pour quelques euros.
  • La fuite des savoirs qui n’est pas anticipée (retraite, mutation)
  • En tant que formateur occasionnel, l’impossibilité d’assurer de véritables accompagnements tout en effectuant sa charge de travail habituelle

Vous donnez l’illusion de communiquer et d’associer les salariés aux décisions, mais comme pour les chantiers PepS, la mise en œuvre de ce qui en ressort se transforme en directives à appliquer.

Résultats : une perte de sens généralisée et une démobilisation des énergies.

Si nous sommes conscients des contraintes extérieures contre lesquelles nul ne peut rien, nous vous interpelons sur ce qui relève de votre totale et entière responsabilité.

Si vous persistez à ne pas entendre aujourd’hui les appels au secours des agents, comment ferez-vous fonctionner l’organisme en 2020 avec un personnel psychologiquement épuisé et /ou 100 % démotivé ?

Communiquer suppose une interaction, et non une simple information descendante sans aucun canal de retour.

Si vous n’entendez pas vos salariés, si vous ne négociez pas avec vos organisations syndicales,

                        ATTENTION : DANGER !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.