BILAN 2014 – 2015

L’année 2015 a été marquée au niveau national par les attentats qui ont fauché tant d’innocents au nom d’une idéologie de violences et de meurtres que nous croyions avoir éliminé depuis la chute du nazisme.

Les valeurs de la CFDT, autonomie, laïcité, indépendance, solidarité, démocratie, proximité, émancipation, réformisme, transparence sont bien les valeurs que nous devons préserver aussi bien au niveau du vivre ensemble national que du vivre ensemble local.

Au niveau de notre section CFDT, nous avons déploré le décès de notre camarade et amie Annie Cuzin secrétaire adjointe de notre section, élue au Comité d’entreprise, élue délégué du personnel et aussi chargée d’affaires juridiques à Paris Sud. Nous nous sentons orphelins de sa bonne humeur, de ses capacités d’analyse hors pair et de son attachement viscéral aux valeurs de la CFDT.

Les faits marquants  de cette année pour la vie de l’entreprise ont été :

  • La COG
  • Les chantiers PEPS
  • Quelques négociations

Pas de bonnes surprises, plutôt des mauvaises. La COG, c’est d’abord et avant tout des suppressions d’effectifs alors que les progrès de l’informatique se font douloureusement attendre.

Rappelons que la COG c’est moins 740 ETP national en 3 ans soit – 230 ETP pour l’URSSAF IDF.

Rappelons que ce chiffre, nous l’avons appris a posteriori, n’inclut pas les baisses d’effectifs des centres nationaux y compris l’informatique. Nous y reviendrons plus longuement car c’est une des grosses réformes à l’horizon 2018.

Rappelons, par ailleurs, -15% de dépenses de gestion par année de COG.

En 2014, ce sont 80 personnes qui sont parties en retraite.

En matière de DRH, la tendance lourde de conséquences est de ne pas remplacer ou remplacer avec un coefficient inférieur.

Quelques exemples :

  • Simplifier « la ligne managériale »
  • Déployer les activités du contentieux sur les gestionnaires
  • Donner des tâches d’accueil et de suivi des huissiers au contentieux
  • Faire du contrôle un système régi par la productivité avec la mise en place de grands pôles (contrôleurs sur pièces, travail illégal)
  • Formation professionnelle : la grande inconnue

Les vaches maigres à la sécu, cela nous connaît mais là elles deviennent totalement anorexiques !

Les chantiers PEPS annoncés lors de grandes messes servent surtout à faire adhérer les salariés au programme de la direction.

Enfin, l’URSSAF 2020 permet à la direction de faire des annonces alors qu’elles n’en sont pas.

La direction prend-elle en compte l’angoisse du personnel des différents sites voués au déménagement ?

Le doute est permis !

La déconcentration s’était faite pour se rapprocher du cotisant et soit disant de prendre en compte l’éloignement des salariés des cœurs de ville du fait de la cherté des loyers et du montant élevé de l’achat en petite couronne.

Pour beaucoup d’entre nous, cela a permis d’avoir un meilleur confort de vie et une diminution indéniable des temps de transport.

L’URSSAF 2020, c’est privilégier les transports en commun ; malheureusement beaucoup d’entre nous n’ont pas ce choix, trop éloignés des transports pour pouvoir en profiter ou l’offre de transport en commun est quasi inexistante.

Il faut que la direction nous donne des certitudes :

Au-delà du choix des sites, possibilité pour tous de s’y rendre en un minimum de temps et parking en nombre suffisant.

Un découpage métiers qui permette à chacun de ne pas sacrifier sa vie professionnelle à sa vie personnelle. Pour cela, une pluriactivité doit être conservée sur tous les sites.

Enfin, en ce qui concerne le choix des open spaces par la direction, la CFDT est opposée à ce type de d’organisation car ils apportent trop d’inconfort aux salariés (bruit, manque de confidentialité, espace exigu, …).

Enfin nous espérons que tous les sites bénéficieront également d’une salle de sport, d’une conciergerie et de places de crèches de proximité.

Les négociations :

Plusieurs accords ont été signés :

Le travail à distance sur site et à domicile

Un nouveau protocole d’Astreintes

  • Nous avons signé cet accord qui permet d’indemniser les salariés concernés dans de bonnes conditions
  • HV à la PFT ; finalement la CGT a accepté l’avenant au contrat de travail nécessaire à la mise en place d’horaires variables à la plate-forme. Les téléopérateurs ont enfin gagné mais quelle perte de temps ! Rappelons que les téléopérateurs ont été 1 an sans bénéficier des horaires variables.

Reste le problème de la prime de guichet.

A l’éditique où les salariés ont perdu la majorité de leurs primes. La direction n’a pas voulu discuter. Les salariés voulaient garder le travail en équipe ou passer aux horaires variables, la direction a refusé.

Une bonne nouvelle, l’expérimentation du travail à distance à l’URSSAF IDF mis en place à la suite de l’accord conclu avec la direction a été un succès. Une nouvelle négociation a permis de reconduire cet accord mais seulement sur le travail à domicile mais pour un plus grand nombre de salariés.

Grace à la CFDT, de nombreux collègues ont vu leurs conditions de travail améliorées.

La politique nationale ;

La politique salariale ; pas de perspective à part les primes d’accueil, la fédération a demandé à l’UCANSS que les queues de budget remontées au ministère soient redistribués aux salariés.

C’est non.

Pareil pour l’intéressement.

La Lettre de cadrage ACOSS propose des mesures de rattrapage du pouvoir d’achat si le personnel concerné démontre que depuis 5 ans il a perdu du pouvoir d’achat. Les modalités d’applications de cette mesure ne sont pas connues à ce jour à l’URSSAF IDF.

Le personnel de l’URSSAF IDF rame très fort pour maintenir le bateau à l’eau, bateau qui risque de se terminer en radeau si on l’élague encore plus.

Bilan 2013 – 2014