Rencontre organisations syndicales de l’URSSAF IDF et monsieur Renard

Compte rendu de la réunion du 21 juin 2017 entre les organisations syndicales de l’URSSAF IDF et monsieur Renard, monsieur Ducombs et madame Thauvin

Tout d’abord, suite à la pétition commune, Monsieur RENARD a annoncé qu’une délégation sera reçue par Madame MARANDEL, présidente du conseil d’administration de l’organisme de 9 H à 10 H le 27/06/2017.

Les différentes organisations syndicales présentes ont fait le constat de la dégradation des conditions de travail, de l’angoisse des salariés face à la désorganisation à venir provoquée par le projet URSSAF 2020, la stagnation des salaires, le manque de parcours professionnels, les surcharges de travail dues aux problèmes informatiques récurrents, l’absence de plan de formation face aux évolutions des métiers.

Des questions ont été posées sur la future COG actuellement en cours de discussion, sur DSI 2018 et la réorganisation de l’ACOSS, sur l’augmentation des heures supplémentaires et l’augmentation des embauches de CDD.

Face à ce constat calamiteux, le directeur général partage l’impression d’incertitude qui serait due :

  • au projet DSI 2018 et à la réorganisation de l’ACOSS
  • au devenir incertain de la gestion RSI et PL (professions libérales)
  • Il pense que pour ce dernier point, nous connaîtrons la cible à la rentrée soit :
    1)  par la création d’un GIP (groupement d’intérêt public) autonome regroupant RSI/URSSAF
    2) par une gestion unique assurée par les URSSAF des TI/PL intégrés

SALAIRES

C’est un problème qui dépend du national :

L’obligation donnée par le ministère de ne pas augmenter la RMPP (rémunération moyenne du personnel en place) et la non prise en compte des différences géographiques dans l’évaluation du coût de la vie.

La politique des rémunérations au sein de l’URSSAF IDF ne permet pas de cumuler parcours professionnels et pas de compétence.

EFFECTIFS

Le directeur général est persuadé que l’on ne peut poursuivre la baisse des effectifs comme cela a été fait ces dernières années, la qualité du recouvrement en pâtirait !

Il émet également des réserves sur la volonté actuelle des pouvoirs publics de tout centraliser au risque de fragiliser le recouvrement.


Point de vue de la CFDT

Les belles paroles, c’est bien mais cela ne nous satisfait pas !

Pour les salaires, il est temps de refaire une grève nationale et suivie.

Pour le projet URSSAF 2020, suite à notre demande, des dates de négociations ont été fixées à début juillet pour s’accorder sur une méthode de négociation.

Il est grand temps !

Nous aimerions comprendre comment la direction va planifier les formations des personnels face aux changements importants d’organisation et l’intégration de nouveaux collègues ?

Nous aimerions savoir quelles seront les propositions pour le nouvel accord télétravail ?

Nous voulons connaitre l’enveloppe budgétaire exacte prévue pour le personnel par le ministère pour la mise en œuvre du projet URSSAF 2020.

Enfin, nous réitérons notre demande de multi régimes sur chaque site.

Compte tenu de tous ces éléments, la CFDT n’appelle pas à la grève le 27 juin parce que rien à ce stade du projet ne permet de lancer les salariés dans la bataille tant les contours de celui-ci sont encore très flous.

La CFDT considère qu’aucune certitude et affirmation ne nous ont été données pour justifier un appel à la grève.

La CFDT rencontrera la présidente du conseil d’administration en votre nom et vous tiendra informés de sa réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.