Compte-rendu de la séance plénière du CSE du 8 juin 2020

Cette séance était axée essentiellement sur la poursuite du plan de déconfinement.

  • Le plan de déconfinement de l’Urssaf.

La seconde phase du déconfinement commence le 15 juin jusqu’au 31 août.

La principale nouveauté sera de permettre à ceux qui le souhaitent de revenir sur site, sachant que jusqu’à fin août, le télétravail reste la règle.

Pour les personnes requises (les Fend par exemple), pas de grande nouveauté, la reprise se poursuit à effectif réduit, sauf qu’il sera peut-être demandé à tout-le monde de participer au tour de rôle (et non plus au volontariat).

Pour les personnes non équipées pour le TAD, là également ça change, il leur sera demandé de revenir sur site (sauf les personnes vulnérables), sachant qu’il en reste de moins en moins. Ceci dit, il n’est pas simple d’apporter à chacun les PC qui viennent d’être livrés, il en reste près de  200 à distribuer, alors la direction propose que les personnes viennent sur site les chercher pour gagner du temps.

Si vous vous sentez en état de vulnérabilité face à la perspective du retour sur site nous ne pouvons que vous conseiller de contacter soit le médecin du travail qui peut être en mesure de faire une dispense le cas échéant, soit votre médecin traitant qui peut prendre la décision de vous arrêter.

L’autre nouveauté est la réouverture de l’accueil physique, uniquement sur rendez-vous, dans des box sécurisés. Deux sont déjà équipés par site, et un troisième va l’être. Ils seront à partager entre l’accueil et la LCTI. La direction va lancer un sondage auprès des cotisants pour estimer le nombre de rendez-vous qu’il va falloir prévoir.

Pour le contrôle, l’Acoss n’a toujours pas rendu sa décision.

Pour ce qui est du retour sur site à la demande des agents, 69 % des personnes en TAD ont répondu au sondage : 105 souhaitent revenir à temps plein et 428 certains jours de la semaine.

Les responsables de chaque site vont contacter les personnes dans les jours qui viennent pour organiser les retours. Mais il faut bien être conscient qu’un site ne pourra ouvrir que si au moins  10 personnes y sont présentes chaque jour de la semaine.

Il sera toujours possible à chacun de modifier sa façon de faire par la suite, en accord avec ses responsables.

Vu le nombre de volontaires pour le retour, aucun problème d’accès aux parkings, mais pour la restauration, la direction reste ferme sur la condamnation des réfrigérateurs, par contre elle va étudier la possibilité de ré utiliser les micro-ondes.

  • Mesures RH :

A l’occasion de cette reprise, la direction revient sur certaines mesures qui avaient été prises pendant le confinement.

Elle veut supprimer l’indemnité de repas et le versement d’IK aux personnes sur site dès le 15 juin.

Et elle veut imposer la reprise du badgeage pour tous (en TAD ou sur site) dès le 6 juillet et la fin de la journée de 5 H sur site, prétextant que les congés scolaires « libèreront » les parents d’élèves de la charge de leurs enfants.

Par contre la direction nous informe que le nouveau protocole sur le temps de travail, avec l’assouplissement des plages horaires, entrera en application en juillet.

Compte-tenu de la difficulté qui persiste encore à se restaurer le midi et de l’incertitude où sont les parents de ce qu’ils feront de leurs enfants pendant l’été avec les colonies et centres aérés encore incertains, nous avons demandé à la direction de maintenir les mesures actuelles et notamment la possibilité de faire la journée continue tout l’été.

  • Mesures sanitaires

Pas de changement, le respect des règles de distanciation et des gestes barrière est maintenu.

Le nettoyage des locaux continuera selon les mêmes règles, le soir après le départ des agents.

  • Mise en place de la carte de restauration UP

Déjà dans l’air depuis un moment, la direction profite de la situation pour imposer cette idée.

Elle revient ainsi sur la première annonce qui avait été faite, que ça ne serait proposé qu’au volontariat.

Maintenant, et malgré nos protestations, la direction envisage d’envoyer par la Poste cette carte à chacun et de la créditer tous les mois.

Il s’agit d’une carte de crédit, qui sera utilisable sans limitation de durée (même après le départ de l’entreprise) au centime près. La valeur en euros de l’équivalent du nombre de tickets y sera créditée chaque mois.

Attention, pour vérifier ses droits il faudra faire le calcul, le nombre de tickets acquis sera toujours marqué sur le bulletin de paie, mais pas sur la carte où ne figureront que des euros.

Il faudra se créer un compte sur internet pour y chercher les points de restauration ou les supermarchés qui acceptent la carte, mais il y sera possible de faire ses commandes par internet avec sa carte et la direction nous dit avoir choisi l’option la plus large (toute la France à toutes heures, sauf le dimanche).

Mais même comme ça l’usage de la carte restera limité à deux tickets maximum par jour (18,40 euros).

Cette mesure prendrait effet au mois de septembre et dans l’attente, la valeur des tickets restaurant continuera à nous être versée sur notre paie jusqu’à août.

Nous regrettons l’aspect obligatoire de cette mesure et demandons à la direction de revenir au volontariat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.