Compte-rendu du CSE du 28 juillet 2020

APUREMENT DES DETTES COVID

Début Septembre, un traitement de délai automatique ciblera les dettes liées à la crise sanitaire. Un échéancier sera proposé au cotisant. Ce dernier disposera alors de 30 jours pour manifester son désaccord et entrer dans la phase de négociation.

  • Les délais pour les GE – TGE – VLU, dossiers CCSF et PRO-COL ne seront pas automatisés, ils feront l’objet d’un contact téléphonique individualisé pour certains et mailing pour d’autres. La délégation de nos collègues rédacteurs juridiques sera étendue exceptionnellement.
  • La gestion des TI : Pas de prélèvements depuis Mars 2020, report des échéances délais à la fin de l’accord, reprise en septembre des échéanciers délais en cours.
    -Les TI seront sollicités afin qu’ils fournissent des revenus estimés pour tenir compte du manque à gagner et revoir les échéances de fin d’année à la baisse.
  • Les AE doivent toujours fournir leurs revenus réels et il leur est demandé de régler tout ou partie des cotisations dues.

La direction prévoit d’embaucher d’ici la fin de l’année 2020, 140 CDD, pour faire face à la charge de travail supplémentaire induite par la crise sanitaire.

 

HEURES SUPPLEMENTAIRES en semaine sur les mois d’aout et septembre 2020

Sont concernés pour une ou deux heures par jour et par agent volontaire, dans la limite des durées légales maximales quotidiennes et hebdomadaires.

Celles-ci seront proposées :

  • Aux collaborateurs des secteurs gestion des comptes et des secteurs contentieux, TI ou RG et TGE pour préparer les opérations à venir sur l’accompagnement des entreprises en difficulté dans le contexte de la crise du Covid-19
  • Aux collaborateurs en charge de la gestion (comptes et contentieux) des PAM, dans la perspective du transfert des comptes PAM vers l’Urssaf Pays de la Loire
  • Aux collaborateurs du secteur Action sociale,
  • Aux collaborateurs des Directions régionales RG et TI (B52/B55), pour conduire les opérations liées à la crise du Covid-19 et à la venue de la Cour des comptes début octobre
  • Aux collaborateurs de la plate-forme téléphonique, rappel en fin de journée des cotisants qui n’ont pu joindre la plate-forme,

CFDT : Est-il utile de rappeler que nous sommes contre cette gestion de la charge de travail préférant de beaucoup une gestion pérenne de cette dernière notamment par des embauches en CDI  

 

PRIME COVID

Les critères retenus par la direction sont les suivants :

Dans un premier temps, avoir travaillé au moins 20 jours1 sur la période de confinement, et avoir participé, au titre de sa fonction principale ou en renfort, soit : – à la réponse cotisant (notamment pour la réponse téléphonique (prise en compte, outre les métiers ou secteurs téléphonie, de tous les salariés comptabilisant au moins 10 jours de prime d’accueil au total sur les mois de mars, avril et mai),

  • à l’action sociale TI (service action sociale en tant que tel, activités comptables et juridiques associées, par exemple relatives à l’aide CPSTI)
  • à l’informatique (sous-direction dans son ensemble),
  • aux activités de trésorerie et comptables liées à la crise,
  • à la validation des lots Covid (pour le CNV),
  • aux activités liées à la paie ou sa vérification (mesures exceptionnelles IR, IK, travail à distance, tickets restaurants),
  • aux activités ayant permis un fonctionnement sécurisé de l’entreprise (fourniture et équipement particulier, configuration des locaux, …)
  • à la bonne information et formation des salariés et à la mise en place / la gestion du plan de continuité d’activité (pilotage, formation, communication )
  • enfin, aux activités de santé (service santé au travail).

Cette liste principale concentre 83% des situations 

  • Dans un second temps, avoir travaillé au moins 20 jours sur la période de confinement et avoir contribué de façon particulière à la gestion de cette période, par exemple du fait d’une activité inhabituelle, d’implication dans des travaux nationaux liés à la crise, ou d’une plus large participation au pilotage.

Les agents de direction sont exclus.

CFDT : On regrette que ce budget spécial ne permette pas de récompenser plus largement les efforts consentis par le personnel durant cette crise sanitaire. 

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles y compris en matière de mesures salariales !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.