Lettre ouverte à la direction générale

Monsieur le Directeur Général,

Nous sommes à la moitié de l’année 2017 et nous n’avons toujours aucune réelle visibilité sur le projet URSSAF 2020.

Pourtant, ce dernier a fait l’objet de maintes réunions en 2016 afin de vendre le produit au personnel de l’organisme.

Il nous a été longuement expliqué la volonté de l’ACOSS d’être propriétaire des sites, la pertinence des lieux choisis et la rationalisation de l’organisation ad hoc.

Et l’humain dans tout ça ?

On nous affirme qu’il est au cœur du sujet ! Hélas, après maintes réorganisations, après de nombreux changements de catégorie de cotisants à gérer, après une régionalisation plus douloureuse et impactante que prévue, le doute est permis.

Nous réitérons notre souhait de voir gérer sur chaque site du régime général et des TNS.

Nous souhaitons qu’un calendrier précis soit établi avec les représentants des salariés, mais également avec les salariés eux-mêmes afin qu’ils soient associés et informés en temps réel de l’avancée du chantier.

Nous demandons qu’une dotation financière à la mesure de l’ambition du projet soit budgétée pour ce dernier permettant l’attribution d’une prime, des pas de compétences et la possibilité de ruptures conventionnelles.

Pour mémoire, la régionalisation devait affecter seulement 56 personnes. On est bien au-delà de cette estimation. En 2013, il a été attribué 200 € aux salariés suite à la fusion, bien maigre lot de consolation quand on connait les conséquences de celle-ci sur la vie professionnelle et personnelle des personnels concernés et quand, dans le même temps, les agents de direction se sont vus attribuer 5 % d’augmentation pérenne.

C’est pourquoi, nous souhaitons voir aboutir à un accord clair et précis pour tout un chacun, un accord gagnant-gagnant comme cela s’est fait dans le cadre des négociations pour le reclassement des personnels de Marne-la-Vallée, pour lesquels nous estimons avoir obtenu des solutions satisfaisantes.

Face à une classification vieillissante et inadaptée, à une valeur du point toujours en berne, à une distribution de pas de compétences a minima , à des passages de niveau au compte-gouttes, le tout sur fond soi-disant de crise, cela nous paraît être le minimum acceptable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.