Salaires : le COMEX et la tutelle ferment (déjà) la porte.

Le 22 décembre se tenait une négociation salariale à l’UCANSS.

L’employeur nous informait que les marges de manœuvre à négocier étaient si faibles (0,14% de masse salariale disponible) que le COMEX considérait qu’il n’y avait même pas matière à ouvrir de négociations.

Nous pouvons au moins partager ce point avec l’employeur : à un niveau aussi ridicule, il est en effet impossible d’arriver à un accord, même à minima !

Sur la proposition commune faite par les fédérations CFDT et CFTC de verser une prime d’intéressement supplémentaire, la réponse du COMEX est la même. C’est non !

En début d’année,la CFDT avait aussi demandé aux pouvoirs publics la possibilité de mutualiser les excédents des caisses nationales pour pouvoir dégager des marges financières pour les salaires. Là aussi, c’était non !

Pour la fédération CFDT, la situation ainsi créée montre que nous sommes arrivés au bout du système actuel : l’équilibre entre mesures individuelles et mesures collectives n’est plus possible en l’état, sans une révision profonde des mécanismes qui régissent les accords de rémunération.

Personne ne peut se satisfaire du gel des salaires imposé par la tutelle ministérielle.

La fédération CFDT se réunira début janvier pour évaluer la situation de blocage et les réponses syndicales à y apporter.

 

 

Paris, le 22 décembre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.