REFERENDUM, suite……….

La section CFDT URSSAF Ile de France remercie l’ensemble des salariés de notre organisme d’avoir voté massivement lors du référendum.

Le nombre de participants a été important. En effet, 1499 personnes ont donné leur avis, soit la majorité des salariés.

Le « oui » l’a emporté à une forte majorité puisque :

  • 853 salariés ont voté positivement.
  • 441 salariés ont voté « non »
  • 205 salariés ont indiqué « ne pas se prononcer ». (salariés non concernés par le projet mais souhaitant participer au vote)

Ce résultat est pour nous une victoire pour la démocratie.

Une consultation bien organisée de tous les salariés a démontré qu’au-delà des prises de position idéologique, beaucoup ont pensé avant tout à la solidarité envers leurs collègues.

Bien que la CFDT ne cautionne pas le projet URSSAF 2020, elle a négocié et signé un accord qui permet d’accompagner les salariés les plus concernés.

Au vu des résultats du référendum, l’accord d’accompagnement pourra donc être soumis à l’agrément de la tutelle.

Prime exceptionnelle à la Sécu

Suite à notre demande de prime, s’est tenue le 19 février, une réunion de négociation sur une prime exceptionnelle à la Sécu.
La CFDT était venue avec les propositions suivantes :

-une enveloppe supérieure aux 10 millions d’€euros accordés par les pouvoirs publics
-une prime avec un montant acceptable pour l’ensemble des salariés

Sans surprise, l’employeur est quant à lui venu avec une proposition fermée :

– Une prime uniforme d’un montant de 200 € net soit 257 € brut
– Une prime qui concernerait 35000 salariés de l’institution soit 23 %
– Une prime pour les salariés qui ont un coefficient développé maximum de 259 points *( soit 26670 € brut annuel)

L’employeur refuse que la prime soit versée sur la base d’une décision uni-latérale. Il a décidé de passer par une négociation d’accord avec les organisations syndicales. Une date d’ouverture à la signature est prévue au 12 mars.
Sans signataires : pas de prime !
Pour nous CFDT, cela mérite réflexion.
A Paris , le 20 février 2019
*Coefficient développé : Coefficient de base + points d’expérience +points de compétence

Prime Macron

La fédération CFDT vient d’être contacté par le conseiller, Mr LACOIN, du Cabinet de la Ministre des Solidarités et de la Santé.

 

Cette annonce fait suite aux différents mouvements sociaux des salariés du régime général.

 

Il nous informe des arbitrages interministériels suivants :

Une enveloppe exceptionnelle de 10 000 000 d’euros, hors RMPP, sera consacrée à l’attribution d’une prime bas salaire qui toutefois n’entre pas dans le cadre législatif de la prime Macron. Cette prime sera négociée avec les partenaires sociaux à l’UCANSS.

Le taux d’évolution RMPP nous sera communiqué par le cabinet de la ministre sous 48h. Il devrait être en augmentation afin de favoriser les négociations relatives à la classification.

Le Cabinet de la Ministre envisage par ailleurs de nous recevoir très prochainement.

A noter que nous ne savons pas le montant qui sera donné

 

Mouvement intersyndical du 29 janvier 2019

Toutes les fédérations étaient présentes dès 10 h devant le ministère des Affaires Sociales, afin d’y être reçues par la ministre Agnès Buzyn.
Soutenues et réchauffées par les salariés de la Sécurité sociale présents, les organisations syndicales ont attendus plus de 2 heures avant d’être reçues. La délégation ministérielle était composée de Clément Lacoin nouveau conseiller de la ministre et d’Elodie Lematte sous-Directrice à la DSS.

La CFDT a défendu les revendications suivantes :

-La nécessité de faire bénéficier les salariés d’une prime Macron
-Augmentation conséquente de la valeur du point
– Des moyens financiers pour la Classification

Le Ministère s’est engagé à donner une réponse pour la fin de la semaine sur le sujet de la prime Macron.
Pour la Classification, les représentants de l’Etat se sont engagés à un financement pluriannuel pour la période 2019-2022,à cette occasion nous prendrons connaissance du taux RMPP au pire début février.
Si l’annonce sur les garanties d’un financement de la classification peut être positive, le gel plus que probable de la valeur du point est inacceptable

L’action du 29 janvier a maintenu la pression sur les Pouvoirs Publics grâce à l’implication des salariés.
La CFDT sera vigilante aux annonces de début février.
Nous restons tous mobilisés

Tous unis, Tous en grève le 29 janvier !

Toujours rien à l’horizon pour une prime Macron, pour nos salaires, pour notre classification !

La grève du 18 décembre a montré la détermination des salariés à se mobiliser pour leur pouvoir d’achat.La seule réponse des Pouvoirs publics : encore et toujours le silence !

Nous ne pouvons plus accepter un tel mépris !
Toutes les organisations syndicales appellent à un nouveau mouvement le 29 janvier et demandent à être reçues par notre ministère de tutelle, à cette même date.

Tous unis, Tous en grève le 29 janvier !
Toujours rien à l’horizon pour une prime Macron, pour nos salaires, pour notre classification !
Nous revendiquons des réponses des Pouvoirs publics sur les moyens financiers pour :

– Une prime Macron
– L’augmentation de la valeur du point
-Des moyens budgétaires pour la future classification.

Plus nombreux, Plus forts !
Tous en grève !

L’employeur et les Pouvoirs publics doivent maintenant répondre.

Un référendum…. Pourquoi faire ??

La section CFDT URSSAF Ile de France a pris la décision de signer l’accord d’accompagnement URSSAF 2020.
Notre seule signature ne suffit pas pour que cet accord soit soumis à l’agrément ministériel.
Cet accord est donc caduc !
De ce fait, l’employeur peut ou pas décider de mettre en œuvre des mesures unilatérales qui devraient être, cela va de soi, en deçà de l’accord négocié.
Notre organisation syndicale a tout à fait conscience de ne pas vous proposer un projet de rêve, à l’instar d’URSSAF 2020, mais nous pensons sincèrement qu’il serait dommage de passer à côté des quelques mesures favorables que nous avons réussi à glaner (cf. notre site internet).
URSSAF 2020 verra le jour quoiqu’ il advienne. Les sites en construction ne sont déjà plus du domaine de la fiction, mais sont bel et bien sortis de terre.
La Direction vous a d’ailleurs sollicité pour émettre 2 vœux afin d’établir une pré affectation.
La CFDT a donc décidé, comme le permet la loi (plus de 30% aux dernières élections professionnelles), de vous associer à notre décision par le biais d’un référendum afin de vous donner la parole et de nous conforter ou non dans notre choix de parapher cet accord.
Exprimez-vous le plus largement possible afin que cet accord puisse bénéficier d’un agrément ministériel. Ne vous laissez par berner par le chant mélodieux de celles et de ceux qui assurent qu’il y aura de nouvelles négociations, c’est une fake new, c’est dans l’air du temps !!! Les négociations sont terminées ! Il n’y en aura pas d’autres !
Nous vous rappelons que ce référendum concerne uniquement les mesures d’accompagnement des salariés dans le cadre du projet URSSAF 2020 et est totalement déconnecté de vos affectations futures.
Tous les salariés de l’URSSAF Ile de France seront appelés à se prononcer, il est important de faire entendre votre voix et de ne pas laisser l’employeur mettre en œuvre des mesures unilatérales moins favorables que celles négociées.

Salaires, Prime Macron : Toujours rien à l’horizon

Les négociations à venir :
La Réunion Paritaire de Négociation du 8 janvier avait pour objet le programme de négociation 2019-2021.
Ce qui est prévu dans le calendrier pour 2019 : la classification des employés et cadres, les salaires, l’intéressement, la CAPSSA (aide aux aidants familiaux), la formation professionnelle, l’égalité professionnelle et l’insertion des travailleurs en situation de handicap.

La CFDT a demandé l’inscription de plusieurs autres thèmes de négociation :
– L’augmentation du titre-restaurant L’augmentation de la prime retraite
– La prise en charge des cotisations aux ordres professionnels (infirmiers, kinés, podologues…)
-L’accompagnement des mobilités en cas de restructuration des organismes La tenue de la commission de suivi sur l’accord Prime de fonction
Salaires et Prime Macron :
Par ailleurs, cette réunion a aussi été l’occasion d’interpeler l’employeur sur les rémunérations.
Pas de réponse…
Sur une date de négociation salariale
Pas de réponse…
Sur le montant de la RMPP 2019
Pas de réponse…
Sur la valeur du point et la prime macron

L’employeur s’est donc montré incapable de répondre à nos demandes. Il indique que c’est lors de la réunion du COMEX du 16 janvier qu’une décision serait prise concernant la prime.
Concernant la RMPP 2019, il est en attente des arbitrages gouvernementaux.
Les organisations syndicales ont alors exigé d’avoir une RPN le 17, le lendemain de la réunion du COMEX. L’employeur a refusé.

Pour la CFDT, il est inadmissible d’attendre encore, alors que de nombreuses entreprises publiques, voire des ministères, versent des primes à leurs salariés.
Après une suspension de séance, l’ensemble des organisations syndicales CFDT, CGT, FO, CFTC, et CGC a quitté la séance.
Ensemble, nous envisagerons les suites à donner à l’action en fonction des réponses de l’employeur.

 

Sécu : 30 % de grévistes le 18 décembre !

Les résultats sont là :

Cela faisait longtemps que le Régime Général n’avait pas connu un tel taux de grévistes, près d’un tiers du personnel a fait grève le 18 décembre !

4 régions ont dépassé les 36 % de grévistes (PACA, Occitanie, Auvergne Rhône Alpes et Bretagne).
Les CAF, les CPAM et les URSSAF ont dépassé les 33 % de grévistes.
La CFDT attend maintenant des réponses de l’employeur Ucanss et des Pouvoirs publics « pour redonner du pouvoir d’achat aux salariés de la Sécurité sociale».

Plus de 36000 salariés se sont mobilisés pour dire :

Oui à l’augmentation de la valeur du point
– Oui à des moyens financiers pour la nouvelle classification
– Oui pour une « prime macron » de fin d’année !

La CFDT attend maintenant des réponses de l’employeur Ucanss et des Pouvoirs publics « pour redonner du pou-voir d’achat aux salariés de la Sécurité sociale».

Et début janvier 2019, si rien n’est annoncé sur nos trois revendications, la CFDT demandera un rendez-vous à notre ministère de tutelle et envisagera d’autres actions!

A Paris, le 27/12/2018