REUNION DE NEGOCIATION TAD DU 22 JUILLET 2021

Lors de la séance du 22 juillet, la direction nous a apportés certaines précisions sur ce qu’elle serait disposée à négocier.

 

Périodes rouges

Essentiellement pour les FEND, la direction entend figer certaines périodes en « rouge » durant lesquelles des restrictions seraient posées pour la prise de jours de TAD.

Pas plus de précisions pour le moment.

CFDT : Comment seront identifiées les périodes rouges et sur quelle durée ? Qu’est-ce qui est proposé aux personnes qui ne font pas de TAD durant la période rouge ? les jours sont-ils récupérables ?

 

Manageurs

La direction réfléchit à ne pas faire de différences entre agents et manageurs dans l’accord.

Ainsi, les manageurs auraient de fait droit à 3 jours de TAD comme tout le monde.

CFDT : Nous demandons que les manageurs puissent alterner leurs jours de façon à pouvoir rencontrer  l’ensemble de leur équipe. Nous serions plus favorables à un TAD modulables ou à 120 jours de TADO.

 

TADO :

La direction propose 52 jours de TADO, sans distinction agents ou manageurs donc.

Mais elle imposerait le respect des 2 jours sur site par semaine, même en TADO.

CFDT : Notoirement insuffisant pour laisser un véritable choix entre TAD et TADO, 52 jours c’est juste 1 jour par semaine. Nous demandons 120 jours comme le préconise l’Acoss.

 

Matériel :

La direction n’entend pas accepter que des agents travaillent avec leur matériel informatique personnel. C’est à l’employeur de fournir l’outil de travail.

2 écrans (en plus du portable) pourront être attribués pour certains métiers.

Pour les autres matériels et mobiliers, cela se traduirait par une contribution financière (en plus de l’indemnité actuelle).

CFDT : s’agit-il bien de deux écrans à domicile en plus des deux écrans sur site ? Quelles catégories de métiers sont ciblés ? Nous demandons que les deux écrans soient attribués à ceux qui le veulent ?

Quelles conditions pour la contribution financière, quelle périodicité, pour le TAD et le TADO ?

Nous demandons que tous les manageurs soient équipés de téléphones professionnels.

 

Poste de travail

La direction pose le principe que tous salarié a droit à un poste de travail, mais pas nécessairement à son poste de travail.

Refus de la direction pour d’autres équipements (imprimantes, clés 4 G). Par contre, pour certains métiers des téléphones professionnels permettant le portage informatique pourraient être proposés.

CFDT : nous demandons que les manageurs aient un bureau personnel et que leurs équipes soient positionnées à proximité de leur manager.

Nous insistons pour que les agents qui n’auraient pas d’accord de TAD puissent conserver un poste de travail dédié.

 

Lieu de travail :

Sur site, à domicile, dans une résidence secondaire ou familiale (qui devra être déclarée), sur un autre site (compris dans les jours de TAD).

La direction n’est pas favorable à du Coworking sur des lieux multi-entreprise à cause du coup de location (15 euros par jour la place) et de la confidentialité.

CFDT : Nous demandons que des solutions puissent être cherchées avec des organismes de Sécurité Sociale.

 

Campagne de TAD

Elle reste annuelle mais la direction admettrait une possibilité de révision en cours d’année.

 

Nouveaux embauchés

La direction envisagerait un démarrage progressif dès la 1re année, au bout de quelques mois en commençant par une journée.

CFDT : de quelle grille le manageur disposera-t-il pour apprécier la possibilité ou pas de l’agent à télé travailler ?

 

Aide aux aidants

Un nombre forfaitaire de jours pourrait être accordé aux personnes devant occasionnellement apporter une aide à des proches, dérogeant ainsi temporairement à la règle des 2 jours sur site par semaine.

Pas plus de précision pour le moment, mais la direction précise qu’en aucun cas ça ne pourra devenir permanent.

 

Activités non télé-travaillables

Pour certains métiers dont les activités sont difficilement télé travaillables, il va être recherché comment il serait possible d’étendre à de nouvelles activités pour les personnes qui souhaiteront faire du TAD.

Une étude va être lancée. Ça peut s’accompagner de formations à de nouvelles tâches par exemple.

CFDT : Autant le principe d’étendre son champ d’activité pour bénéficier du TAD se comprends.  Espérons que cela ne se traduise pas par une obligation d’accepter certaines tâches sous la contrainte.

 

Prochaine négociation le 30 juillet.

Compte-rendu de la séance plénière CSE du 12 juillet 2021

MUTUALISATION DE LA PAIE

Le projet de transfert de la paie vers l’Urssaf de Midi-Pyrénnées, qui avait été retardé à cause de la pandémie, sera relancé en 2022.

La direction dit que c’est la volonté de l’Acoss de rééquilibrer les effectifs entre régions qui motive cette décision.

Pour les salariés de l’Urssaf, la direction nous promet que cette opération sera transparente, que rien ne changera pour nous, que c’est toujours l’ADP qui gèrera les dossiers des agents et qu’ils pourront toujours contacter leurs CRH.

Pour les effectifs de l’ADP, par-contre, il devra être diminué, passant de 24 à 16 ETP (c’est ça que ça veut dire rééquilibrage des effectifs et Midi-Pyrénnée recrutera).

A part les quelques départs naturels d’ici là, des propositions de reclassement seront faites pour les agents qui voudraient changer de métier ou d’activité.

Autre conséquence, avec le traitement de la paie dans un centre national, il faut abandonner WatRh et migrer vers le DEA.

La DRH rappelle à ce sujet de ne plus faire de mails à l’ADP, que seuls les WatRh et DEA recevront une réponse.

Pour ce qui est des effectifs et de la possibilité de titularisation des CDD actuellement employés à la DRH, la direction englobera ce sujet dans son plan d’embauche du 2nd semestre qui nous sera présenté en septembre.

 

CHEQUES DEJEUNER

La direction nous informe que le marché de l’Ucanss avec Up n’a pas été renouvelé et qu’un nouveau marché a été passé avec la Sodexho et une autre entreprise du groupe Accord.

Prise d’effet au 1er octobre 2021.

Pas plus d’information pour le moment.

CFDT : Comme si ça n’était pas assez compliqué comme ça, en plus ils nous changent les cartes tout le temps et nous obligent à créer de nouveaux comptes sans arrêt !

 

GESTION DES SALLES DE REMISE EN FORME

L’équipement de ces salles dans les nouveaux sites se poursuit, mais leur ouverture n’est pas encore à l’ordre du jour.

La situation sanitaire en est la cause bien évidement, mais il fallait de toutes façons retrouver un accord avec l’UAC car celle-ci vient de renouveler son bureau.

Contact va pouvoir être pris avec l’UAC par la direction, mais on reste toujours tributaire de l’évolution des consignes sanitaires.

On vous tient eu courant.

 

PARCOURS PROFESSIONNELS ET POLITIQUE SALARIALE

La direction va mettre en place en 2021 un système de jury d’entretiens pour les parcours :

  • N3/N4 des techniciens support utilisateurs (informaticiens).
  • N4/N5A des référents techniques

Ainsi que des N5B/N6 pour les responsables d’unité en 2022.

Les candidats devront préparer un dossier qui fera état de réalisation dans leur emploi.

CFDT : Où va-t-on ? il va falloir maintenant soutenir une thèse pour passer d’un niveau à l’autre ? Dès lors qu’un agent a fait ses preuves dans son emploi, et que son EAEA le confirme, que faut-il qu’ils prouve de plus pour progresser en salaire ?

De plus, ce système de jury ne va pas manquer de provoquer de la déception et de la frustration pour les agents qui seraient recalés à l’entretien. Avec la perte de motivation que ça va entrainer !

Outre ces nouveaux parcours, d’autres seront ouverts en 2021 selon l’ancienne procédure :

  • 10 N6/N7 pour les inspecteurs
  • 5 N5A/N5B pour les contrôleurs du recouvrement

+ 50 passages du N3 au N4 selon la condition d’ancienneté (4 ans au 31/12/2020).

Quant aux points de compétence, ils seront attribués à hauteur de 20% des effectifs. Les points prévus par le protocole Urssaf 2020 venant en plus.

 

PROCEDURE DE RECRUTEMENT

Deux changements d’importance :

  • L’abandon de la condition de diplôme pour les candidats externes. La direction juge que la procédure avec mise en situation suffit.
  • La mise en place d’un délai de 15 jours avant d’ouvrir une vacance en externe. Priorité sera donnée aux candidatures internes.

COMPTE RENDU DE LA CSSCT DU 8 JUILLET 2021

CRISE COVID 19

Légère reprise, 7 cas suspects (4 cas contacts, 1 symptomatique en attente de résultat et 2 positifs) dont 6 depuis le début juillet.

La médecine du travail attire l’attention sur le danger des moments de convivialité en intérieur.

58 personnes ont été vaccinées au Campus par la médecine du travail, dont 41 avec la 2e dose.

Une séance de primo-vaccination de Moderna a été faite le 9 juillet.

Et une séance de seconde injection d’Astra Zeneca le 13 juillet.

Les secondes injections de Moderna se feront les 5 et 20 août.

Les centres ACMS ne sont pas en mesure de communiquer des statistiques de vaccination par entreprise.

 

REPRISE SUR SITE

La direction rappelle la règle des 2 jours sur site, quelque-soit le nombre de jours dans la semaine (congés, temps partiel, jour férié).

Nous avons renouvelé nos demandes de souplesse pour l’application de cette règle, entre autres pour la semaine du 14 juillet.

Encore une fois on constate des mesures différentes d’un site à l’autre, certains secteur se montrant plus stricts que d’autres, aboutissant toujours à cette situation d’iniquité entre les agents.

 

NOUVEL IMMEUBLE DE GUYANCOURT

Deux sites ont été sélectionnés, assez proches de l’actuelle DR, et proches de la gare.

La négociation va débuter.

Rappelons que la fin du bail actuel est en juillet 2022 et il faudra compter 3 à 4 mois de travaux pour l’installation.

PROPOSITIONS CFDT POUR LA NEGOCIATION DU NOUVEL ACCORD TAD

Condition de travail au domicile : EQUIPEMENT/ MOBILIER/ FOURNITURES

Obtenir le matériel rapidement

  • Siège (fauteuil) à livrer au domicile, les écrans, imprimante et cartouche, ramette de papier, tapis de souris, calculatrice (pour les comptables et les salariés dont le métier nécessite l’utilisation d’une calculette), repose-pied, micro-casque, téléphone professionnel portable sur demande.
  • Sacoche pour les ordinateurs portables, Clé 4 G pour les agents n’ayant pas de forfait internet.
  • Maintien des postes informatiques sur site pour les agents qui ne souhaitent pas télétravailler.

 

ASSURANCE : Qu’elles sont les assurances : qui contacter, comment fonctionne l’assurance, modalités de remplacement en cas de matériel endommagé ou perte ?

 

EN CAS DE DEPART : retraite – départ organisme – ou mobilité quid des matériels => offrir une possibilité de rachat du matériel en fonction de l’amortissement fauteuil – écran – imprimante.

Remplacement du matériel : à revoir au bout de 5 ans au lieu des 10 ans proposés par l’employeur.

 

TEMPS DE TRAVAIL et ACCES AU TAD

Un accès au TAD ouvert à tous les salariés qui exercent une activité télétravaillable, le TAD doit rester sur la base du volontariat, respecter le choix des salariés.

TAD jusqu’à 3 jours pour les temps partiels, salariés /managers.

Permettre aux chargés de la relation cotisant : 3 jours de TAD, sans forcément les obliger à effectuer des rendez-vous par WEB CAM. (Au moins 2 jours) sur la base du volontariat.

La CFDT demande qu’il soit permis aux agents de permuter leur jour de TAD ou d’augmenter leur jour de TAD :

  • en cas de réunion de service en présentiel,
  • en cas modification de l’organisation de travail,
  • en cas de problème personnel,
  • en cas de problèmes de transport liés aux conditions climatiques (neige inondation, canicule) et/ou de grèves ou de pannes avérées du réseau SNCF

TADO – Passer de 24 jours par an à 60 jours par an.

Pour les cadres managers : augmentation du TADO à 120 jours par an et que es cadres non-manager puissent bénéficier du TAD.

 

ACTIVITE NON TELETRAVAILLABLE :  Nous demandons à l’employeur de trouver des activités télétravaillables aux agents qui ne peuvent pas en bénéficier actuellement, au moins une fois par semaine (exemple agents du FEND) voir TAD ou TADO, sur la base du volontariat.

 

LIEU TAD

Permettre aux agents de pouvoir effectuer leur TAD ou TADO dans un endroit hors domicile :

  • Résidence secondaire, membre de la famille.
  • Espace coworking + (CAF, CPAM, Agence retraite, CNAV, ACOSS, UCANSS, Maison France Service, chambre des commerces, des métiers).

 

RETOUR SUR SITE EN CAS DE PROBLEME LORS DU JOUR TAD

  • Nous demandons que la 1re journée soit neutralisée pour le retour sur site en cas de difficultés : problème informatique.

 

INDEMNITE TAD / REMBOURSEMENT EQUIPEMENT

  • Prise en charge du dépassement téléphonique pour un agent ayant un forfait limité
  • Prime TAD : 1 j / 10 euros, 2j/ 20 euros, 3 j/ 30 euros par an.
  • Laisser l’indemnité de 45 euros tant qu’il n’y a pas d’évolution concernant la crise sanitaire (variants).
  • Remboursement à hauteur de 50% du matériel jusqu’à 200 euros si l’URSSAF ne peut fournir le matériel considéré.( le budget pour la sacoche de transport des PC est-il intégré à cette enveloppe ?)
  • Revoir le matériel au bout de 5 ans au lieu de 10 ans comme proposé par l’employeur.
  • Nous demandons que les personnes qui ont dû s’équiper pendant la pandémie puissent prétendre à un remboursement de leur matériel acquis suite au confinement.

 

PREVENTION TAD

  • Information sur les dangers du TAD, rappeler aux agents les temps de pause, droit à la déconnexion, difficultés psychologiques, rappeler le numéro cellule d’écoute.
  • Nous demandons la possibilité de revenir sur son accord TAD (modification du nombre de jour, annuler son accord TAD, faire évoluer le nombre de jour de TAD en cours d’année).
  • Redonner les consignes et numéro utile en cas de malaise (service médicale, numéro d’urgence et rappeler ce qu’est un ACT même au domicile).

COMPTE RENDU DE LA CSSCT DU 15 JUIN 2021

CRISE COVID 19

Amélioration sur ce sujet, seulement 2 nouveaux cas et 11 cas contacts signalés depuis le mois dernier, toujours par contaminations familiales.

La vaccination par le Service de Santé au Travail pourra reprendre avec du Moderna dès qu’il y aura un nombre suffisant de volontaires.

En attendant, trois séances sont programmées de fin juin à mi-juillet pour les deuxièmes injections.

Toujours pas de bilan de la vaccination dans les centres ACMS.

 

NOUVEL IMMEUBLE DE GUYANCOURT

L’Urssaf a reçu 13 offres, 4 ont été retenues pour visite.

La sélection entre les deux derniers sites encore en lice pourra se faire d’ici fin juin pour une signature de bail à l’automne.

Chacun de ces deux sites possède un RIE et des parkings. Ils sont situés tous les deux à moins de 10 mn de la gare de RER et proches de l’actuel site en fait.

A cette occasion la direction nous livre le résultat du sondage sur le TAD des agents de Guyancourt :

  • 67 % des agents (hors inspecteurs) ont actuellement un accord TAD
  • 84 % souhaitent du TAD pour la campagne actuelle
  • 74 % souhaitent avoir un 3e jour de TAD.

 

La direction nous affirme que, même si la norme immobilière va changer, ce ne sera pas en proportion du nombre de personnes en TAD car l’Acoss impose en fait une réduction de la norme à 10 m2 par personne.

 

NOUVEAUX PC

Le plan de l’Acoss est d’équiper tous les agents en PC portables pour travailler soit sur site avec double écran et clavier en le fixant à un socle, soit de télé travailler.

La dernière livraison reçue ne comporte qu’un modèle standard de PC.

La direction va voir quels métiers pourraient nécessiter des PC plus spécifiques et plus puissant pour faire des requêtes lourdes ou d’autres travaux plus volumineux par exemple.

Compte-rendu de la séance plénière CSE du 14 juin 2021

ACTION LOGEMENT

Suite à nos nombreuses interventions sur le manque de service rendu par Action Logement devant la détresse croissante de nombre de nos collègues en difficulté, un représentant d’Action Logement est venu nous présenter son bilan.

Il a fait état de la situation sanitaire qui à ses dires n’a pas arrangé les choses, les salariés se montrant plus prudents avant de quitter un logement ce qui a réduit l’offre alors que la demande faisait un bon dans le même temps (toujours à cause de la crise).

Mais le fait est qu’au-delà de ces considérations le bilan était déjà désastreux avant la crise.

C’est ainsi qu’en 2020, seulement 7 logements ont été attribués pour 102 demandes alors qu’en 2021 seulement 3 attributions pour le moment pour 157 demandes.

Le représentant a tenté de justifier ce résultat par nos salariés qui seraient trop exigeants à ses dires. Mais encore faudrait-il qu’il y ait des propositions à la hauteur de nombre de demandes. Et encore faudrait-il que les propositions soient compatibles avec les contraintes de la vie de tous les jours (temps de transport, écoles, garderies).

Il met en cause aussi l’Urssaf qui ne parvient pas à créer son espace employeur sur la plate-forme Al In, ce qui ne lui permet pas d’appuyer les demandes de ses salariés. Mais quand bien même cela serait vrai (une obscure incompatibilité de pare feu est mise en avant comme explication de ce bug), un contact direct entre l’Urssaf, la commission logement du CSE et un correspondant identifié d’Action Logement doit être mise en place pour contourner ce problème qu’il faudra de toutes façons bien résoudre un jour.

Le représentant d’Action Logement a également tenté de mettre en avant les services rendus autres que le logement, comme les prêts par exemple. Et s’il est vrai que des salariés en ont bénéficié, ce n’est pas le sujet le plus épineux, la commission logement du CSE s’en chargeant déjà à la satisfaction de nombre de nos collègues.

En résumé, une séance où les élus ont pu mettre sur la table et pointer les problèmes qu’Action Logement n’a pas pu continuer à ignorer. Au final un contact a été désigné pour le CSE et le principe de rencontres et de points réguliers a été acté.

Action Logement nous promets même un webinaire spécial Urssaf au 3e trimestre.

CFDT : En cas d’urgence, n’hésitez pas à vous rapprocher de la commission logement et de l’assistance sociale

 

CAMPAGNE DE SENSIBILISATION AUX MAIL FRAUDULEUX

Les résultats de l’Urssaf Ile-de-France sont vraiment trop mauvais pour les campagnes lancées par l’Acoss.

Devant ce constat, la direction prévoit de lancer ses propres campagnes de tests et de mettre en place des actions de sensibilisation aux risques.

En attendant l’attention est attirée sur le savoir-faire de plus en plus élaboré des pirates.

CFDT : Rappelons que jamais, en aucun cas, personne ne doit communiquer de mots de passe par mail, et encore moins de coordonnées bancaires.

 

PRISE EN CHARGE DES DEMANDES D’ACTION SOCIALE

Devant l’afflux de demandes émanant des TNS et le stock accumulé durant la crise sanitaire, il est envisagé de poursuivre le renfort du groupe de 5 personnes du Lagny par la prise en charge en DR TI par les GIDR pour le tri des demandes et envoi éventuel de lettre type et vers les RJ et AJ pour les réponses plus spécifiques.

Une expérimentation de 6 à 9 mois est envisagée à ce titre.

A noter que le pôle Action Sociale a quant à lui été renforcé de 6 CDD de 6 mois.

CFDT : Il a été fait remarquer que les GIDR sont eux aussi submergés par le renfort régional, le renfort téléphonique et la prochaine reprise du recouvrement et ne parlons pas de la politique d’apurement des dettes dont se vante le directeur de l’ACOSS.

CFDT : Il est certain que la situation actuelle est particulière, mais nous n’avons pas manqué de faire remarquer que derrière ce problème de flux de travail trop important se trouve un besoin de recrutement (au-delà des 6 CDD).

 

ENTRETIEN DE SUIVI DES CADRES AU FORFAIT

La direction nous présente la campagne d’entretien pour les cadres ayant opté pour le forfait.

Basé sur un questionnaire sur lequel les agents pourront évaluer leur perception de leur charge de travail, de l’organisation, de la conciliation vie professionnelle / vie privée et de leur rémunération, ce programme soulève la question de l’utilité de doubler tous ces sujets qui sont déjà dans le périmètre des EAEA.

La direction précise que l’EAEA n’est qu’annuel, et qu’elle pense préférable de suivre plus fréquemment cette population.

CFDT : A voir….n’hésitez pas à nous faire remonter vos difficultés

 

ACCOMPAGNEMENT DES INSPECTEURS DE RETOUR D’ABSENCE DE LONGUE DUREE

Ce dispositif permet aux inspecteurs de demander un entretien destiné à définir un plan d’accompagnement pour leur retour en compétence.

Assez peu utilisé, seules 10 personne l’on demandé en 5 ans, cette procédure ne manque pas d’intérêt.

CFDT : Il est même à se demander si ce système ne pourrait pas être étendu à d’autre métiers.

La direction dit que c’est en effet un sujet et promet d’y réfléchir.

Compte-rendu de la séance plénière exceptionnelle du CSE du 2 juin 2021

DECONFINEMENT

La direction nous a présenté son plan de reprise progressive du présentiel.

A partir du 5 juillet chacun devra revenir sur site au minimum 2 jours par semaine quelque-soit le temps de travail et ceux qui le souhaitent pourront venir plus, même tous les jours.

Seuls seront dispensées les personnes qui disposent d’un certificat d’isolement, mais il leur faudra le faire renouveler compte-tenu de la progression de la vaccination.

Les mesures de protection continuent (masque, gel) et un marché a été repassé pour l’approvisionnement, mais la jauge dans les salles est adaptée à 4 m2 par personne.

Les cafétérias sont ouvertes en totalité avec la pose de plexiglas sur les tables qui vont permettre aux collègues de déjeuner ensemble.

D’ici le 5 juillet les mesures actuelles (TAD à temps complet avec possibilité de venir 1 jour) continuent.

Mais à partir du 1er septembre : retour obligatoire à temps plein pour tous ceux qui n’ont pas d’accord de TAD.

A ce sujet, une nouvelle campagne TAD va être lancée dans les jours qui viennent pour prendre effet à la rentrée de septembre.

La direction va étendre au maximum le nombre de métiers bénéficiaires (comme ça a été fait pour les centres d’accueil), mais elle ne veut pas assouplir la règle actuelle (2 jours par semaine maximum) avant la future négociation qui pourra augmenter le nombre de jours dès le début 2022.

Comme vous le voyez, attitude très ferme de la direction qui n’a pas voulu entendre nos demandes de plus de progressivité dans la reprise.

Nous avons plaidé :

  • Les conditions d’accueil des enfants dans les centres aérés encore incertaines pour l’été.
  • Les conditions de transport réduites en période estivale
  • Les conditions de restauration encore incertaines
  • L’ignorance dans laquelle nous sommes encore sur la progression de la vaccination

Mais rien n’y a fait, la direction maintient cette obligation, même si la reprise s’annonce difficile pour les quelques 70 % d’agents qui ne sont pas du tout revenu en présentiel depuis plus d’un an.

Seule avancée, le dispositif actuel sur les écoles fermées pour cas contact seront appliquées pour les centres aérés sur présentation d’un justificatif.

N’hésitez pas à vous retourner vers la médecine du travail ou votre médecin traitant en cas de difficulté.

RE OUVERTURE DE L’ACCUEIL TOUT VENANT

Après plusieurs mois d’accueil uniquement sur rendez-vous (physique ou téléphonique), la direction décide de ré ouvrir l’accueil tout venant.

Néanmoins, elle pratique différemment selon les flux estimés de visiteurs :

La Seine-Saint-Denis étant le département le plus chargé, l’accueil tout-venant sera ouvert toute la journée à Saint-Ouen et au Rousseau.

A Paris, Cergy, Guyancourt, où les flux sont moindres nous dit-on, le tout-venant ne sera ouvert qu’en matinée.

Il restera fermé en Seine-et-Marne (Champs, Lieusaint et Dammarie).

Pour limiter la venue des cotisants, un système de QR code va être mis en place pour que les visiteurs qui trouveront porte close puisse prendre un rendez-vous en ligne.

Il est vrai que ces temps derniers de nouvelles habitudes ont été prises et que les rendez-vous se sont généralisés à tous niveaux dans la société, mais peut-on être certains que la ré ouverture des accueils ne va pas générer plus de flux que ceux sur lesquels ces estimations sont basées ?

C’est pourquoi ce projet nous inquiète sur la charge qui va en résulter dans les sites les plus chargés, notamment à Saint-Ouen où les chargés de relation cotisant doivent déjà assurer l’accueil à Nanterre en plus.

Et comment sera aussi assurée la charge du back office ?

Quelle sera la conséquence sur les appels téléphoniques pour les sites ouverts partiellement ou pas du tout ?

Devant toutes ces interrogations, nous avons émis les plus fortes réserves sur ce projet, qui, nous l’avons exprimé, doit s’accompagner d’un renforcement des effectifs.

COMPTE RENDU DE LA CSSCT DU 18 MAI 2021

POINT SUR LES JOURNEES DE PRODUCTION REGIONALE

Ces journées ont pour but de lisser la charge entre directions du recouvrement au sein d’une même ligne de produit (RG ou TNS).

Pour le RG, 2 journées par mois sont organisées avant et après la pointe + 2 journées pour des actions régionales.

Pour les TI, il s’agit de poursuivre la résorption des stocks.

Au-delà de ces explications, que connaissent déjà ceux qui les pratiquent, ce que les agents veulent connaitre, c’est l’impact de ces journées. Combien d’affaires ont réellement été traitées par rapport au total des affaires qui ont été examinées ?

 

LIVRAISON DES NOUVEAUX IMMEUBLES

De nombreux points à revoir sont signalés pour chacun de nos immeubles.

Il parait que c’est habituel pour les constructions neuves.

Les services de l’immobilier suivent les différentes remises en conformité, mais le moins qu’on puisse dire, c’est que ça n’avance pas très vite.

 

CRISE COVID 19

Depuis le mois dernier, 8 nouveaux cas ont été signalés, tous pour des contaminations hors des locaux de l’Urssaf et pour des agents qui, pour certains, n’étaient même pas en présentiel.

Les phénomènes connus le mois dernier, notamment pour les inspecteurs, ne se sont pas reproduits. Toutes ces contaminations concernent des agents de différents sites et de différents métiers.

Pour ce qui est la vaccination, le Service de Santé au Travail a pu en réaliser 47 en 4 séances, mais la 5e a dû être annulée faute de candidats.

La deuxième injection sera en juillet.

Nous n’avons pas encore le bilan de la vaccination des centres ACMS.

Les masques FFP2 peuvent être demandés aux secrétariats de chaque direction pour les personnes des centres d’accueils, les inspecteurs, audienciers et TLM.

 

PROGRAMME DE PREVENTION DES RISQUES

Ce document expose les actions qui sont envisagées pour prévenir les risques auxquels sont exposés les salariés dans nos sites.

La mise à jour qui nous est présentée inclue les actions à mettre en place pour les pandémies (à l’expérience de celles qui sont menées pour le Covid).

Elle crée également un nouveau thème sur la prévention des risques liés au contact avec le public (pour les centres d’accueil, les PFT et PRS et les inspecteurs et audienciers).

Ceci s’ajoute aux thèmes déjà listés :

  • Les actions du Service de Santé au Travail et des pôles ACMS
  • Les actions liées au patrimoine immobilier
  • L’évaluation des risques professionnels
  • Le suivi des signalements
  • Les formations des sauveteurs secouristes.

A cette occasion, la CSSCT a demandé qu’un programme de visite des nouveaux sites soit organisé pour nos nouveaux locaux puisque ça n’a pas pu se faire à l’installation des agents à cause de la situation sanitaire.

 

 

SITE DE GUYANCOURT

La recherche d’un nouveau site se poursuit. Plusieurs propositions sont en cours d’examen.

Pour ce qui est de la configuration du site et de son adaptation au projet d’extension du TAD, un questionnaire va être envoyer pour recenser les attentes des agents sur divers thèmes : moyens de transport, préférences pour le TAD ou autres.

Parallèlement, des visites de locaux d’entreprise ayant une pratique du TAD un peu similaire à celle vers laquelle on se dirige vont être faites.

Va se poser également la question de la cohésion des équipes et du partage des connaissance dans un temps où les relations de travail vont être moins présentes.

Il sera essentiel pour ce dernier point de préserver un espace commun à chaque groupe de travail, de façon que les agents ne soient pas livrés à eux-mêmes lors de leurs jours de présentiel.

Il est également essentiel que le télétravail reste au volontariat et que personne n’y soit contraint sous prétexte que l’Acoss voudra à n’en pas douter nous réduire les surfaces.

Il est enfin essentiel que les personnes qui ne télétravailleraient pas puisse conserver un réel espace de travail.

 

Prochaine réunion de la CSSCT : mardi 15 juin 2021

Compte-rendu de la séance plénière du CSE du 11 mai 2021

DECONFINEMENT

Une séance extra-ordinaire du CSE sera prochainement consacrée aux conditions de ré ouverture.

En attendant, la direction a souhaité recueillir nos attentes sur le sujet.

Difficile de répondre avec précision, dans l’incertitude sur l’évolution des conditions sanitaires, mais nous insistons sur deux points :

  • Bienveillance auprès des collègues, toute mesure de retour sur site devra se faire au volontariat selon ce que préfère chacun.
  • Nous demandons aussi une souplesse compte tenu des incertitudes sur les conditions de restauration.

 

EXTENSION DES HORAIRES DE PRISE DE RENDEZ-VOUS POUR LES CHARGES DE RELATION CLIENTELE

Une expérimentation a été menée sur 5 PRS avec ouverture des plages de rendez-vous en visio ou téléphoniques de 7 H 30 à 8 H 30 ou de 16 H 30 à 17 H 30.

Devant la bonne satisfaction aussi bien pour les agents volontaires que pour les cotisants, la direction propose d’étendre cette mesure à tous les PRS dès le 1er juin.

7 rendez-vous quotidiens (visio ou téléphonique) pourront ainsi être ouverts sur l’ensemble des PRS, ce qui occupera 2 à 3 agents pour toutes les DDR.

Cette mesure a l’avantage pour les agents d’élargir leur plage horaire (plus tôt le matin ou plus tard le soir), ce qui leur permettra une meilleure utilisation des HV et même du TAD, les RV pouvant être assurés à distance (mais pas que).

Mais nous insistons pour un vrai respect du volontariat pour ce dispositif, mais aussi pour l’utilisation ou non de la Webcam. Personne ne doit y être forcé !

Nous demandons également l’assurance qu’en cas d’absence imprévue, la charge des rendez-vous ne vienne pas empêcher d’autres agents non volontaires de prendre leur TAD.

Compte-tenu du bon résultat général de l’expérimentation et de l’insistance avec laquelle la direction a rappelé le principe du volontariat, la CFDT a donné un avis favorable à cette extension.

 

PROPOSITION D’AUGMENTATION DU NOMBRE DE REUNIONS A DISTANCE DU CSE

Une fois la pandémie passée, les réunions du CSE doivent reprendre leur cours normal, à savoir en présence sur site, avec tout de même un changement, le droit du travail permet à l’employeur d’organiser 3 réunions en visio en temps normal.

Compte tenu de la pratique que nous avons depuis un an, la direction nous proposait d’augmenter le nombre de réunions à distance.

Nous y avons vu une occasion d’étendre le principe à toutes les réunions du CSE en les rendant hybrides (certains élus sur site en salle de réunion, d’autres en visio). Les outils fournis par l’Acoss devant à notre sens permettre des réunions de qualité sur ce mode qui aurait le double avantage :

  • de maintenir une présence physique essentielle face à la direction pour une partie de la délégation
  • tout en permettant à certains élus de participer aux réunions depuis leur site, leur favorisant ainsi plus de présence auprès de vous à vos cotés (quand tout le monde aura repris).

Malheureusement les autres organisations syndicales s’y sont opposées, donc retour à la normale après la pandémie : 8 séances en présentiel avec déplacement obligatoire pour tous, et 3 réunions en visio avec aucun élu sur place !

 

POINT SUR LES ECONOMIES A VENIR POUR LA GENERALISATION DU TAD

Dans la perspective d’ouverture d’une nouvelle négociation pour l’extension du TAD qui va s’ouvrir à l’automne, la direction nous a présenté un plan des dépenses et économies envisageable.

Ceci dans le but de nous expliquer que le TAD ne permet pas d’économies puisque les locaux sont toujours chauffés et nettoyés même à effectif réduit, mais qu’il générait au contraire une dépense supplémentaire par le paiement des indemnités.

Nous n’avons pas très bien compris où voulait en venir la direction, mais nous avons une petite idée, surtout que l’on nous parle d’adapter les locaux du futur site des Yvelines à une situation de TAD entendue. Donc moins de surface ? Donc moins cher ?

 

MODALITE DE TRANSMISSION PAR MAIL DES ARRETS MALADIE

L’adresse mail sur laquelle on doit transmettre son arrêts maladie est rappelée : la boite mail UR117 – BP DRH ADP : drh-adp.iledefrance@urssaf.fr

Il est précisé que cette adresse est accessible depuis n’importe quel compte de messagerie. Vous n’avez donc pas besoin de vous connecter à votre PC Urssaf lorsque vous êtes en arrêt.

 

VŒU TRANSMIS PAR LE CA A LA TUTELLE SUR L’ATTIBUTION DE LA PRIME EXCEPTIONNELLE DE POUVOIR D’ACHAT

La direction n’a pas d’info sur une réponse de la tutelle à la demande qui lui a été transmise par le CA en avril.

 

POINT SUR LES EFFECTIFS

La direction a entrepris le rattrapage des embauches en CDI qui n’ont pas été faites pendant la crise sanitaire. Mais elle dit ne pas pouvoir le faire « à marche forcée », il est difficile nous dit-elle de multiplier les sessions de formation en parallèle.

 

GESTION DE LA PRIME D’INTERESSEMENT PAR AMUNDI

Plus de 900 agents n’avaient pas exprimé leur choix entre le paiement ou le placement de la prime. La DRH les relance en plus des relances prévues par le contrat avec Amundi.

Nous soulignons le manque de clarté d’Amundi et la politique commerciale quelque peu agressive de cet organisme (messages nous incitant à placer l’argent plutôt qu’à se le faire payer).

A noter qu’Amundi prélèvera 10 euros de frais de dossiers pour les ex-collègues qui ne sont plus dans les effectifs au moment du versement de la prime. Il parait que c’est légal, mais autant le savoir.

Pour les agents en activité, heureusement c’est l’Urssaf qui paie !

On va dans le mur,

Une nouvelle fois la CFDT tient à tirer la sonnette d’alarme.

En effet, la situation que nous connaissons actuellement ne peut pas perdurer.

S’il est vrai que la situation actuelle est exceptionnelle et inédite, que la branche assurance sociale et recouvrement a su faire face et s’adapter en un temps record face à l’épidémie du COVID-19, s’il est vrai que les personnels ont fait preuve comme toujours d’une conscience professionnelle sans faille, qu’ils ont su également s’adapter au télétravail quasi permanent et inédit pour certains.

Certes, les personnels perçoivent une indemnité de TAD, certes les personnels participant à l’accueil téléphonique des cotisants perçoivent également une indemnité pour cette prise en charge, il n’en demeure pas moins que les tâches à accomplir sont de plus en plus difficiles, complexes et trop nombreuses.

Dans chaque direction régionale, les portefeuilles individuels ou collectifs débordent.

Les gestionnaires dans leur grande majorité ne savent plus où donner de la tête, ni quelle tâche prioriser.

Force est de constater que depuis fin 2020 les pointes DSN et les anomalies qu’elles génèrent prennent de plus en plus de temps et laissent peu de place aux autres activités.

Les TTRI récurrents ne sont que des palliatifs et non des curatifs. Ils ne font que déplacer le problème d’une DR à une autre ou d’une DR à l’ensemble des DR.

Ce n’est pas l’entraide que nous pointons du doigt mais le manque de personnel suffisamment formé pour accomplir les tâches.

A l’heure ou tout un chacun fait le choix de placer ou percevoir l’intéressement 2020 suite aux très bons résultats de la branche, on peut d’ores et déjà imaginer que ceux de 2021 seront fortement dégradés et les indicateurs difficiles à atteindre.

Les personnels sont fatigués par cette crise sanitaire à laquelle personne ne s’attendait, mais également par tous les changements.

De nombreuses fois, il nous a été précisé qu’un gestionnaire reste un gestionnaire ce qui est vrai sur le papier mais techniquement et dans la vraie vie, le constat est qu’il faut des années de pratique pour faire un bon gestionnaire et compte tenu de la complexité de la législation, un bon gestionnaire mono-régime.

Les groupes ne voient plus le jour entre deux pointes et peinent à en venir à bout de ces dernières au détriment de toute autre activité.

Les outils sont en mutation constante et la nouveauté suivante n’attend pas que la digestion de la précédente soit amorcée.

Il nous est souvent opposé qu’il faut prendre le temps de s’approprier ces derniers, sauf que du temps, c’est justement ce qui nous fait défaut.

Le personnel est en réelle souffrance de ne pas pouvoir mener à bien les missions qui lui sont confiées, le confinement est pour tous une organisation de vie pro ou perso subie, la motivation s’essouffle.

Une phrase peu optimiste nous revient de manière récurrente : « on va dans le mur ».

Les arrêts de travail, expression de la somatisation de cette crise sanitaire et des divers problèmes organisationnels rencontrés, sont de plus en plus fréquents.

La CFDT vous demande d’être à l’écoute de ce mal être et de trouver les moyens nécessaires pour embaucher et soulager à long terme les services.

A moyen terme nous réitérons notre demande d’attribution d’une prime exceptionnelle (prime MACRON) pour l’ensemble des salariés.

Montreuil le 06 mai 2021