COMPTE RENDU DE LA CSSCT DU 15 avril 2021

POINT SUR LA TELEPHONIE

Officiellement, la direction dit que le paramétrage de la téléphonie est identique que ce soit aux PFT, aux PRS ou pour l’entraide des gestionnaires en DDR.

Or, le temps inter-appel a été réduit à 19 secondes à la PFT depuis 2016, mais il était maintenu à 30 secondes au Middle-Office jusqu’à 2020. La direction ne s’explique pas ces différences.

Pas plus qu’elle ne s’explique comment il se fait que quand un agent a programmé une pause, le logiciel le rebascule automatiquement en « prêt » au bout de 19 secondes.

Une étude sur place sera faite pour observer ce qui peut causer cette anomalie.

Pour ce qui est du Middle-Office, la direction précise la règle qui peut-être a été mal comprise. Les agents – en temps normal – font 1 H 30 de logage par jour, mais ils peuvent être mobilisés 1 jour sur 5 en moyenne, pour des temps pouvant aller jusqu’à la journée complète. Ce qui représente à peu près 4 fois en un mois.

Au premier trimestre, le temps journalier d’1 H 30 a été effectivement réalisé, et il y a eu 7 journées avec mobilisation supplémentaire (de 2 H 30 à 4 heures) pour le RG et 11 fois pour les TI (de 2 H à 5 H 30 dans la journée).

 

BILAN DES AT ET MALADIES PROFESSIONNELLES

Le nombre et la durée des AT a baissé en 2020, effet du confinement.

La cause la plus répandue est la chute et le site le plus touché est logiquement le Marceau, celui-ci étant le plus occupé avec les Fend.

Les autres AT sont répartis sur tous les sites, plus 2 ayant affectés des inspecteurs dans le cadre de leurs missions.

Il n’y a pas eu d’AT déclarés pour des agents en TAD. Rappelons que c’est le fait qu’un événement se produise pendant le temps de travail qui fait que c’est un AT et non pas le lieu où il se produit (sur site, à domicile, dans les locaux d’une entreprise contrôlée, dans un tribunal, …).

En marge de ce bilan, Mme Zagar évoque les pathologies liées au TAD (mal de dos, mal aux yeux, …).

Elle précise que le service médical pourra donner des conseils d’ergonomie si on lui communique des photos de son installation à domicile (les personnes handicapées elles sont prises en charge systématiquement).

=> Un contrat a été passé et des séances de yoga, yoga des yeux et posturologie, seront diffusées 3 fois par semaines aux heures de déjeuner (sur temps de repas). Il n’y aura par contre pas de possibilité de replay pour des raisons de droits de diffusion avec le prestataire.

 

CRISE COVID 19

On constate un doublement des contaminations en mars (24 cas) par rapport à janvier / février (13 et 12 cas).

Tous les sites sont touchés, mais plus fortement l’Est Parisien.

Aucun cas de contamination sur site n’a été constaté, il s’agit de contaminations dans le cercle familial pour l’essentiel, mais Mme Zagar signale un nombre important d’inspecteurs touchés (34 % des cas), dont 6 LCTI. C’est à mettre en relation avec la reprise des opérations de contrôle et particulièrement des opérations combinées de LCTI.

A ce sujet, des masques FFP2 vont être proposés aux itinérants.

La vaccination a démarré la semaine dernière (12 doses administrées) et se poursuit avec le double de doses dès cette semaine. On n’a pas encore de retours de l’ACMS pour les autres sites.

 

PLAN D’ACTION SECURITE

Pour répondre aux incidents qui se produisent dans les centres d’accueil et PRS, mais qui peuvent se produire dans tous nos sites, la direction va mettre en place un plan d’action en plusieurs axes.

  • Faire évoluer les exercices à d’autres risques que l’incendie, comme l’intrusion
  • Renforcer le dispositif de signalement des incivilités
  • Former les collègues à la protection de son identité numérique
  • Décliner le PCA (Plan de Continuation de l’Activité) vers des PCA par site
  • Mener une réflexion sur l’identification du personnel face au cotisant.

 

SITE DE GUYANCOURT

La recherche d’un nouveau site avance, 8 candidatures vont être examinées pour une décision d’ici septembre / octobre.

Le groupe de travail qui va définir les besoins immobiliers dans la perspective d’une extension du TAD et des nouvelles formes de travail s’inscrira dans un cadre donné par l’Acoss.

Ainsi, la tutelle va évoluer d’une notion de m2 par agent à celle de m2 par poste de travail.

Le travail du groupe sera de définir combien d’agents utiliseront un poste de travail (ça va de 0,7 selon la définition de l’Acoss à 0,9 comme actuellement en passant par une cible médiane à 0,8.

Ces indices veulent dire qu’actuellement 90 % des agents ont un poste de travail (les 10 % restant sont des inspecteurs), et que cette norme sera réduite par réduction du nombre de bureaux individuels et même des bureaux partagés et augmentation des plateaux de travail ouverts.

L’équipement informatique, généralisation des PC portable et dotation en double écrans à domicile, restera à la main de l’Acoss.

Dans le cadre de la nouvelle négociation sur le télétravail qui sera lancée à la rentrée de septembre, nous aurons à rester vigilants sur les conséquences de ce qui apparait déjà comme un cadre rigide imposé par l’Acoss :

  • Pas de télétravail imposé, les agents qui ne feront pas de TAD devront pouvoir conserver un bureau personnel.
  • Equipement en véritables double-écrans aussi bien à domicile que sur site.
  • Véritable prise en charge matérielle du poste de travail à domicile (siège ergonomique)
  • L’extension de la possibilité de TAD jusqu’à 3 jours par semaines ne doit pas se payer au prix d’une détérioration des conditions de travail aussi bien à domicile que sur site.

=> CFDT : Rappelons que nous sommes opposés aux Open Space et plus encore à leur extension, même si elle se cache sous l’intitulé de « plateau de travail ouvert ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.